December 29, 2008

Urbanmobs, la carte qui cache la forêt

Posted by

amo@emakina.fr

Orange, en collaboration avec FaberNovel, propose de trés jolies vidéos qui représentent différents aspects de l’activité des mobiles de l’opérateur dans plusieurs grandes villes d’Europe. Je vous propose ici les émissions de SMS sur Paris le soir de la fête de la musique 2008.

Il n’y a pas à dire, Urbanmobs est très joli et produit le magnétisme et l’esthétique quasi-artistique des représentations de flux dont le web 2 a le secret. Mais si Urbanmobs est un bon démonstrateur, ce n’est pas une nouveauté, loin de là.


Ce type de représentation est caractéristique d’un phénomène clé de 2008, qui ne va faire que s’amplifier en 2009 : l’utilisation des données de géolocalisation mobiles.
Citysense.pngUrbanmobs est donc un bel exercice d’évangélisation européen, mais on peut déjà se faire une idée du stade opérationnel en relisant un excellent billet d’Hubert sur InternetActu, il y a 7 mois, à propos de CitySense.
De quoi s’agit-il ? d’un service opérationnel sur certaines grandes villes des Etats-Unis, permettant de savoir où sont les gens, donc implicitement “où ça se passe”. De quoi poser de sérieuses questions à la notion d’emplacement chère au commerce, peut-être à conforter un comportement moutonnier, à contrario de donner du sens à la notion de sérenpidité ?
Evidemment, on n’est ici que dans une représentation anonyme, parfaitement respectueuse des données personnelles. Mais à un clic de là se trouve le fait de savoir où sont vos amis (en fait leur mobile), pour peu qu’ils vous autorisent demain à ce que vous le sachiez. Après tout, il y a bien déjà MobFindr sur iPhone, qui permet d’être informé de la présence proche de quelqu’un de son carnet d’adresse. D’aucun me diront que, décidément, le web social démontre que big brother est en nous, mais le fait est que cette bonne vieille clé qui dit que nous sommes prêts à vraiment beaucoup de choses en contrepartie de plus de faculté à échanger et socialiser se vérifie
chaque jour un peu plus.
Mais quitte à rechercher du social, pourquoi ne pas simplement poser la question aux gens qui se trouve là où vous envisagez d’aller ? Une sorte de Twitter qui n’adresse pas des gens, mais le lieu où ils se trouvent. Ça aussi ça existe et ça s’appelle Micro-Blog, fruit d’une autre initiative universitaire US. Une bien belle expérience, histoire de mesurer, dans ce cas, si nous sommes prêts à être spammés sous prétexte de jouer un nouveau jeu de socialisation, anonyme cette fois.
Urbanmobs, c’est joli, mais c’est juste rien à côté de ce qui nous attend déjà au pied du sapin !

Comments are closed.