November 21, 2007

Et pendant ce temps : du papier !

Posted by

amo@emakina.fr

Il est de ces choses dont on se dit que c’est pas encore ça, que c’est imparfait et trop tôt, que ça ne le fera pas. On l’oublie, et puis un beau matin, il est là, tout proche.
C’est typiquement ce qui se passe à mon avis avec l’e-paper. Minority Report de Spielberg avait cette qualité de nous proposer une science fiction proche et palpable. On y voyait ce que les interfaces multipoints concrétisent presque aujourd’hui. Il y avait l’identification biométrique à la volée. Il y avait de l’e-paper.
On est en pleine folie iPhone, tout le monde est focalisé mobile et bien je pense pour ma part qu’il se passe quelque chose d’important avec l’e-paper.

Technorati Tags: , , ,


Quand Les échos a lancé sa version e-paper, il y a un an, beaucoup de monde était dubitatif. Le modèle est compliqué, il faut gérer la distribution d’un lecteur, c’est en noir et blanc et pourtant. Aujourd’hui, Les Echos gagnent de l’argent avec ça. L’e-paper, c’est pas très sexy, mais il y a des usages et c’est rentable. Finalement, c’est le plus important et c’est pour ça que ça va le faire.
Aussi, on est à la fois étonné et finalement pas tant que ça qu’Amazon fasse le pari à son tour.
À quoi ça tient ? le lecteur ne prend pas plus de place qu’un bouquin, mais peut stocker une librairie. Il y a une bonne autonomie. On peut interagir. C’est connectable via Wifi et surtout, comme il n’y a pas de rétroéclairage, le confort de lecture est équivalent au bon vieux papier et on peut l’utiliser en plein soleil. Lire sur un écran classique est fatiguant, pas un e-paper.
Toujours pas convaincu ? Ok, le Kindle d’Amazon a un design naze et le noir et blanc, bof. Saut que dans deux ans, ce sera souple, en couleur et supportera la vidéo. Et puis nous avons trop la tête dans nos applications usuelles. Pourtant, l’e-ink, c’est déjà de l’affichage en magasins, des montres, du packaging, de l’affichage urbain, de l’architecture … et mon esprit bouillonne !
Minority Report, c’était rien. L’internet de demain est celui des objets et parmi eux il y a le papier. Qui l’eut cru !

Frédéric de Villamil

Sauf que… le Kindle nous fait la mauvaise surprise de venir avec son cortège de DRM, et là tout de suite ça devient beaucoup beaucoup moins utilisable.

Jean-luc Grellier

les DRM sur les nouvelles technos, ce n’est pas très étonnant, c’est du protectionnisme. Cela permet de protéger au moins quelques temps le processus technologique mis en oeuvre, même si c’est effectivement regrettable. Ensuite il y a une phase de lutte entre différents standards, puis, si tout va bien un standard s’impose et le marché se lance…
Moi ce qui me fascine toujours et ce qui me semble important, c’est notre capacité à innover. La réalité rattrape toujours très vite la fiction, ou peut-être que la fiction s’inspire de la réalité…

Frank

Je n’ai pas trouvé grand chose sur la possibilité de partager des livres acquis sur son Kindle…
La culture du livre intègre pourtant de manière assez importante cette notion de partage, du faire découvrir.
Est-ce tout simplement impossible ? Dans ce cas il y a fort à parier que ce produit sera boudé ou en tout cas largement piraté.

Alexis

Autocomment on pour vous flécher une critique d’usages du Kindle chez Francis Pisani et accessoirement de voir qu’Amazon a écoulé le stock en … 5h30. Quand je vous dis que ce truc est moche, mais fonctionne et surtout, fait gagner de l’argent.
http://pisani.blog.lemonde.fr/2007/11/22/kindle-au-soleil-comme-au-lit/

bastien quelen

Je pense aussi depuis quelque temps que les ebooks et autres publications plus régulières vont décoller avec l’arrivée de produit utilisant les dernières avancées dans l’e-ink, par contre le kindle avec ces restrictions obligeant un passage quasi obligé par amazon.
par contre des produits comme le cybook offre une plus grand liberté d’utilisation.